Connect with us

Culture

Dimanches pré-carnavalesques, la Mairie de Port-au-Prince encore zéro tolérance

Published

on

C’est désormais le dimanche d’après le 12 janvier que les festivités pré-carnavalesques prennent place au pays. De fait, le champ-de-mars, antre mythique du carnaval haïtien, a vu 4 disc-jockeys lancer ce rendez-vous annuel le dimanche 13 janvier dernier. Tout comme l’année dernière, la Mairie dirigée par Youry Chevry, brandit la marche à suivre aux DJ, à travers un protocole d’accord signé avec eux à l’avance.

Jouer uniquement des compositions locales, éviter de lancer des propos vulgaires ou incitant à la violence, telles sont, entre autres, les obligations des DJ conformément au contrat paraphé avec la municipalité de Port-au-Prince. Le tout, à peine de paiement d’une amende de 50 mille gourdes et d’exclusion définitive en cas de récidive, réitère Alwitch Joly, Porte-Parole de l’édilité port-au-princienne.

Pour les Saint-Thomas, demandez à DJ Steezy, il vous témoignera avoir payé l’année dernière l’amende prévue après avoir un peu boudé. Tout compte fait, pour la première sortie, les Disc-Jockeys ont été plutôt bons enfants. Côté sécurité, le premier dimanche pré-carnavalesque a été aussi une réussite avec seulement six blessés.  Les autorités municipales encouragent les carnavaliers à poursuivre dans cette voie, tout en leur informant que trois postes médicaux sont disponibles, l’un sur le stand de la mairie, un autre à l’angle des avenues John Brown et Christophe et le troisième aux environs de la DDO.

Rappelons que Port-au-Prince aura ses trois jours gras les 3, 4 et 5 mars autour du thème « Respekte Lavi », une occasion de « réfléchir sur la plus grande valeur que nous partageons, la vie ». Parallèlement, le carnaval national se tiendra pour la deuxième fois aux Gonaïves, après 2014. Le thème choisi par l’Etat central invite à « Chita pale pou Ayiti », comme une invitation à avoir finalement le dialogue tant prôné.

Diery MARCELIN

dierymarcelin@yahoo.fr

Share
Continue Reading

Trending