Connect with us

News International

Au Maroc, l’adultère est passif de prison

Published

on

Hind el Achachabi, femme d’affaire, propriétaire de la ligne aérienne marocaine Dalia Air, s’est vue condamnée à deux ans de prison ferme pour adultère.

Hind el Achchabi, mère de deux filles, a été incarcérée en 2016, à cause du fait que son mari ne reconnaissait pas leur divorce. Elle a été séparée de ses enfants, l’une de 18 mois et l’autre de seulement 8 mois , pour bénéficier après recours, d’une réduction d’un an.

Hind El Achchabi, femme d’affaires Marocaine

La jeune femme qui s’est remariée, 19 mois après que son ex mari eût accepté leurs divorces, avec Mohsine Karim-Bennani, puissant homme marocais, a été déclarée coupable d’adultère elle et son mari. Le mari a écopé de 7 mois de prison et sa femme de 2 ans; elle a été condamné 10 jours après la naissance de sa deuxième fille.

L’affaire, réfutée après un an et demi environ par l’ambassadeur koweïtien, a soulevé la conscience populaire et est aujourd’hui un grand sujet de débat au sein de la société marocaine. L’ambassadeur met en question la filiation des enfants et ordonne des tests de paternité.

De son côté l’Avocat de la femme d’affaire précise que s’il existait contact entre Achchabi et Karim-Bennani, c’était seulement sur le plan des affaires. Car, ils en partageaient plusieurs depuis plus de quinze ans. L’avocat avoue aussi que sa cliente détient les preuves du divorce dans sa seconde demeure qui se trouve à New-York et qualifie d’injuste la sentence incluant le départ de la victime du Maroc.

Le code pénal marocain en son article 490 stipule ceci: sont punies de l’emprisonnement d’un mois à un an toutes personnes de sexe différent qui, n’étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elle des relations sexuelles.
Article 491: est puni de l’emprisonnement d’un à deux ans toute personne mariée convaincue d’adultère. La poursuite n’est exercée que sur plainte du conjoint offensé. Toutefois , lorsque l’un des époux est éloigné du territoire du royaume, l’autre époux qu, de notoriété publique entretient des relations adultères , peut être poursuivi d’office à la diligence du ministère public.

Saraiva

Ben Johnson Paul MAXI

Share
Continue Reading

Trending